Ostéopathie viscérale

Je m’appelle Elfie Prissette, je suis ostéopathe française DO membre du Registre des Ostéopathes d’Espagne, diplômée de l’Institut Dauphine d’Ostéopathie de Paris (2011)
Spécialisée en Ostéopathie pédiatrique, je travaille avec les bébés et les enfants, mais aussi avec les femmes enceintes, les sportifs, les adultes et personnes âgées.

Les techniques viscérales, ou « l’ostéopathie viscérale » vont être un ensemble de techniques effectué sur les différents organes du corps humain.

Les viscères sont les organes qui remplissent les cavités corporelles comme la cavité thoracique, abdominale et pelvienne.

  ‹ D’un point de vue anatomique, on peut y ajouter la cavité crânienne qui contient le cerveau mais l’ostéopathie viscérale va avant tout se focaliser sur les cavités précédentes. ›

L’ostéopathie viscérale va donc agir sur les organes comme le foie, l’estomac, les poumons, le cœur, les intestins, les reins, le système uro-génital, etc..

 

Mécanisme lésionnel

L’ostéopathe va sentir sous ses doigts un tissu ayant perdu son élasticité, sa contractibilité. Cette tension mécanique va perturber la bonne mobilité et fonction des tissus avoisinants, ce qui va engendrer une lésion membraneuse.

Ces lésions ostéopathiques sont souvent la conséquence d’un traumatisme direct et indirect, d’un facteur psycho-émotionnel ou bien secondaire à une maladie inflammatoire.

→ Un tissu et une membrane ayant perdu leur élasticité contribuent à créer un problème mécanique général.

→ Cela créé alors une chaîne lésionnelle, et lorsque tous les processus d’adaptation ont été épuisés cela qui va aboutir à l’apparition d’un symptôme. Ce symptôme peut être possiblement éloigné de la lésion initiale.

Cette apparition peut être très forte et soudaine, voire disproportionnée quant au traumatisme vécu le plus récemment.

En exemple, le lumbago qui se développe suite à un faux mouvement parfois banal.

A l’inverse, un blocage vertébral peut aussi engendrer un trouble viscéral!

Il faut donc être à l’écoute des différents signaux que nous envoi notre corps!


Les organes sont attachés :

  • les uns aux autres (par l’intermédiaire de ligaments) ;
  • aux structures osseuses avoisinantes (vertèbres, côtes et bassin entre autre) ;
  • au muscle diaphragme et aux muscles du plancher pelvien..

D’où l’importance de la mobilité des organes!


La cavité thoracique

Les organes de la cavité thoracique comprennent entre autre les poumons et le médiastin (le cœur, la trachée et l’oesophage)

Ces organes sont vitaux et sont donc très protégés.

Ils sont entourés de plusieurs enveloppes et membranes protectrices qui sont entourées du diaphragme et de la cage thoracique. 

Le diaphragme est un grand muscle qui sépare la cavité thoracique de la cavité abdominale. Il est le muscle important de la respiration. Il fonctionne sans cesse. Ses contractions (inspiration) et son relâchement (expiration) vont induire un mouvement qui va permettre une bonne mobilité des organes.

Les organes thoraciques sont particulièrement touchés lors de moment d’anxiété. 

Il est assez commun de sentir comme un serrage au niveau de la poitrine. Le diaphragme a ici un rôle, car s’il est « crispé » il ne va pas permettre une bonne amplitude respiratoire et va limiter le mouvement des organes et donc nuire à leur bon fonctionnement.

Si la respiration est courte, pour cause de stress ou parce qu’un organe sous le diaphragme est en tension par exemple, le diaphragme aura tendance à rester contracté et travailler en faible amplitude, et ce sont les muscles accessoires de la respiration (muscles situés au niveau du cou) qui vont prendre le relais. Etant accessoires, ils peuvent assez facilement se spasmer et vont alors apparaître des douleurs cervicales ou aux épaules.

Exemple de symptômes:

  • Douleurs chroniques dans le haut de l’omoplate montant vers le cou
  • Sensation de douleur en barre dans le dos, sous les omoplates
  • Oppression de la cage thoracique

La cavité abdominale

Les organes de la cavité abdominale sont entre autre les reins, les intestins, le côlon, le foie, la vésicule biliaire, l’estomac, la rate, le pancréas.

Ces organes sont encerclés par ce qu’on appelle le caisson abdominal (constitué du diaphragme, des muscles abdominaux, des muscles lombaires, du plancher pelvien et de différentes membranes). 

Le travail sur la mobilité de ces organes et de ce qui les entourent va permettre de leur redonner un bon fonctionnement.

Par exemple, un travail sur les intestins permet de faciliter le transit. Le résultat est souvent rapide et procure une sensation de légèreté et de bien-être.

Exemple de symptômes:

  • Douleurs lombaires persistantes non soulagées par des traitements musculo-squelettiques
  • Constipation et diarrhée, syndrome du côlon irritable, reflux gastro-œsophagien (chez l’adulte comme chez le nourrisson)..
  • Crampes abdominales, ballonnement, flatulence
  • Jambes lourdes

La cavité pelvienne

La cavité pelvienne appelée aussi petit bassin comprend entre autre la vessie, l’utérus et les ovaires, chez la femme, et la prostate, chez l’homme.

Ces organes s’appuient directement au niveau du plancher pelvien. 

S’ils sont mal positionnés ou en tension, ils peuvent comprimer les nerfs et les vaisseaux sanguins innervant ou irriguant les jambes.

Suite à un accouchement, une grosse perte de poids rapide ou une opération chirurgicale par exemple, il peut y avoir un phénomène de « ptôse » (descente) des organes, ce qui peut entraîner des symptômes comme des fuites urinaires, des cystites à répétition, constipation, gène ou douleur lors des rapports sexuels, hémorroïdes,..

Exemple de symptômes:

  • Troubles de la fertilité, règles douloureuses,
  • Douleur au niveau du sacrum ou coccyx,
  • Infections urinaires à répétition,

Traitement viscérale

L’ostéopathe après un interrogatoire complet va investiguer la mobilité des organes mais bien entendu aussi celle des tissus avoisinants et des différentes cavités.

Il va se fier aux symptômes du patient mais aussi à ce qu’il ressent sous ses mains.

En fonction de cela il va travailler sur:

  • le lien entre les viscères et leurs points d’attache
  • le fonctionnement intrinsèque de l’organe
  • les nerfs innervant les organes : les nerfs reliés aux organes émergent tout le long de la colonne vertébrale (système qui augmente le rythme cardiaque, dilate les bronches, ralenti le système digestif et dilate la vessie entre autre), mais également au niveau de la base du crâne (système qui ralenti le rythme cardiaque et active le système digestif entre autre). Donc pour avoir une action sur le système viscérale l’ostéopathe peut travailler sur la colonne vertébrale et au niveau du crâne.

Une harmonie entre ces 2 systèmes neurologiques aidera au bon fonctionnement viscéral!

En résumé, n’hésitez pas à consulter votre ostéopathe si vous avez ce type de symptôme :

  • fonctionnel :
    • problèmes respiratoires (poumons),
    • problèmes de transit (intestin grêle et/ou côlon)…
    • douleurs de règles, etc..
  • structurel :
    • problèmes lombaires,
    • problèmes dorsaux,
    • problèmes cervicaux,
    • problèmes costaux.

Car il est fort possible qu’un traitement viscéral soit nécessaire!

 

 

%d blogueurs aiment cette page :
search previous next tag category expand menu location phone mail time cart zoom edit close